Changements récents - Rechercher:

La disposition Béop

Ma réponse à la consultation de l’AFNOR

Dans le cadre de la normalisation d’une version de l’Azerty plus à même de permettre de taper les caractères du français et de la disposition Bépo, l’AFNOR a lancé une consultation sur le projet de norme.

Voici la réponse que j’ai soumise. Les illustrations initialement en fichier joint (la réponse elle-même ne pouvant être que du texte non formaté) ont été insérées sous les paragraphes auxquels elles correspondent. Erratas et explications non présentes dans l’original en italique.

Commentaire général

Symboles pris en charge

Disposition Azerty

Propositions de disposition Azerty

Fonctionnement de la touche verrouillage majuscules

Disposition Bépo

(Le commentaire concerne cependant les deux dispositions.)

Proposition de dispositions coordonnées


Commentaire général

Tant qu’à faire une nouvelle disposition Azerty incompatible avec la gravure des claviers actuels, il faut qu’elle apporte une amélioration significative pour la saisie du français (pas seulement pour Windows, mais aussi pour Linux et MacOS, avec lesquels on peut déjà obtenir les majuscules accentuées avec le verrouillage majuscule, soit en trois appuis).

Pour ça, il faut que les majuscules accentuées soient simplement en majuscule de leur minuscule, ce qui implique de déplacer celles-ci hors des touches des chiffres. L’Azerty est d’ailleurs quasiment la seule disposition à avoir les lettres accentuées en minuscule des chiffres. Ce n’est évidement pas le cas de la disposition Bépo, mais pas non plus des Qwertz allemand et suisse, des Qwerty canadiens, espagnol, portugais…

Par ailleurs, on pourrait envisager un rapprochement entre les deux dispositions, comme entre les dispositions Qwerty US et Dvorak ANSI. Mais pour que la ligne des chiffres soit compatible avec une disposition ergonomique, il faut là encore en sortir les lettres accentuées.

Paragraphe 6.2.3, tableau 8

Il s’agit du tableau présentant les symboles (au sens strict, les lettres et les chiffres ont fait l’objet de tableaux précédents) retenus comme devant figurer sur les dispositions de clavier de la norme.

Commentaire

Selon les polices de caractères, le trait d’union et le tiret sur demi-cadratin peuvent avoir une taille très différente des signes mathématiques et par ailleurs une hauteur différente.

Proposition

Ajouter le signe moins typographique (U+2212).

Paragraphe A.1.1.1, figure A.1

Il s’agit de la figure représentant la disposition Azerty proposée par le groupe de travail de l’AFNOR.

Commentaire

Il y avait deux pistes pour l’Azerty.

  • Rester compatible avec la gravure des claviers Azerty actuels, comme la disposition « fr-oss » (en standard sur Linux et qui place par exemple É en AltGr+Maj+é) ; ça aurait eu l’inconvénient de limiter les possibilités d’amélioration, mais l’avantage de ne causer aucun frein à l’adoption.
  • Ne garder que les fondamentaux, c’est-à-dire les positions des lettres non accentuées et des chiffres ; ça permet d’espérer une amélioration significative pour les autres signes utiles en français, notamment les majuscules accentuées.

Le groupe de travail de l’AFNOR a fait le deuxième choix, mais à mon sens, il n’est pas allé assez loin : la disposition prévue permet juste de saisir les majuscules accentuées en trois pressions… comme sous Linux ou MacOS actuellement, malgré des dispositions respectant la gravure actuelle du clavier.

Le placement des lettres accentuées en minuscules des chiffres est un défaut historique de l’Azerty, datant d’une époque où les claviers avaient moins de touches (notamment sur la droite de ce qui est maintenant le pavé principal, et pour situer même pas la touche 1 !).

On peut faire bien mieux en dégageant les lettres accentuées des touches des chiffres :

  • les majuscules accentuées pourraient être accessibles simplement en pressant la touche Maj. et leur minuscule ;
  • toutes les lettres accentuées accessibles en une frappe avec l’Azerty historique pourraient le rester.

De plus :

  • tous les caractères ASCII, utilisés par des langages informatiques et susceptibles d’être utilisés comme raccourcis par des logiciels (du fait de leur présence sur le Qwerty US), devraient être accessibles sans composition (les raccourcis ne fonctionnant pas en composition : Ctrl + accent circonflexe mort puis espace, ça ne marchera pas) ;
  • les signes d’opérations mathématiques courantes gagnent à être regroupés (plus faciles à retrouver) ;
  • les signes appariés gagnent à être rapprochés autant que possible (même raison et ça permet aussi de les produire facilement à la suite en se réservant de les remplir ultérieurement) ;
  • le point d’interrogation, plus utilisé que le point d’exclamation, devrait être plus accessible que ce dernier ;
  • il n’y a pas de raison que le guillemet virgule simple inférieur (qui n’est que le guillemet ouvrant de second niveau de l’un des deux types de guillemets utilisés en allemand) soit plus accessible que l’apostrophe typographique ;
  • même remarque pour le guillemet virgule double inférieur (le guillemet ouvrant de l’un des deux types de guillemets utilisé en allemand) par rapport au guillemet apostrophe double culbuté (guillemet ouvrant de second niveau le plus courant en français et guillemet ouvrant de premier niveau en anglais) ;
  • la touche <> (actuelle) ne devrait porter que des caractères qu’on peut obtenir autrement ou dont on peut se passer pour les usages courants, afin de rendre la disposition compatible avec les claviers américains (qui n’ont pas cette touche) pour les francophones qui se retrouvent avec un portable à clavier américain ou ont un clavier ergonomique américain.

Je considère par ailleurs que les guillemets français et l’apostrophe typographique devraient être mis en avant.

Voir aussi mon commentaire pour la figure B.1 de la section B.1.1.1, qui concerne les deux dispositions.

Proposition

Comme illustration et preuve de faisabilité de mes suggestions, vous trouverez dans le fichier joint ci-dessous des exemples de dispositions en tenant compte.
La première proposition met en avant l’apostrophe typographique et les guillemets français.
La deuxième conserve la priorité à l’apostrophe et au guillemet ASCII (choix actuel du groupe de travail de l’AFNOR).
La troisième comporte les accents aigu et grave en accès direct pour faciliter la saisie de l’espagnol, de l’italien, du catalan… (elle place l’apostrophe ASCII en direct et l’apostrophe typographique en accès direct, mais on pourrait les échanger).


Azerty

Complément au commentaire sur le paragraphe A.1.1.1, figure A.1.

Proposition 1, avec l’apostrophe typographique et les guillemets français en accès direct

Proposition 2, avec l’apostrophe et le guillemet ASCII en accès direct

Proposition 3, avec les accents aigu et grave en accès direct


À noter que :

  • hormis les ligatures, toutes les lettres du français peuvent être produites sans utiliser AltGr (c’est un choix délibéré qui selon moi facilite et fluidifie la frappe de texte) ;
  • l’accent circonflexe mort, l’apostrophe et le trait d’union sont placés sur la ligne des chiffres (effet de bord du choix mentionné ci-avant), mais sur les colonnes de doigts longs en frappe à dix doigts ;
  • la virgule, le point, le point-virgule, les deux points et le point d’interrogation sont à des positions proches de leurs positions actuelles ;
  • les signes inférieur et supérieur sont déplacés, mais très près de leur position sur l’Azerty historique ;
  • les tirets sur cadratin (tiret d’incise en français) et sur demi-cadratin (tiret d’incise en anglais et dans d’autres langues) sont placés sur les touches des parenthèses ;
  • dans une certaine mesure pour les caractères secondaires les associations proposées par l’AFNOR (Œ sur O…) sont conservées, mais pas toujours ; par choix (par exemple, Æ gagne à être sur A, les signes ordinaux féminin et masculin utilisés en espagnol et italien sur F et M…) ou nécessité (si on met $ près de S, il n’y a plus de place pour ſ, le S long, celui-ci est donc relégué avec la lettre à laquelle il ressemble le plus ; de même, la barre oblique morte est reléguée sur la touche de L, lettre avec laquelle elle sert couramment notamment pour le polonais ; le tiret bas est placé sur U comme « underscore »…) ;
  • ¢ et ₩ ont été supprimés pour faire de la place, mais on peut les obtenir avec la touche morte monnaie ¤.

Paragraphe A.1.1.3

Paragraphe décrivant le fonctionnement de la touche verrouillage majuscule.

Commentaire

« La touche de verrouillage des majuscules met en accès direct les majuscules des lettres aussi bien dans le groupe 1 que dans le groupe 2, ainsi que les chiffres de 0 à 9. »

Dans la mesure où des lettres sont placées en minuscules de chiffres, c’est contradictoire : en tapant Maj+é, on ne peut pas avoir à la fois É et 2…

Proposition

La solution que j’ai déjà suggérée en commentaire de la section A.1.1.1 est de placer les lettres accentuées sur d’autres touches que celles des chiffres.

Paragraphe B.1.1.1, figure B.1

Il s’agit de la figure représentant la disposition Bépo telle que retenue par l’AFNOR.

Commentaire

La disposition Bépo conserve la place des chiffres de l’Azerty historique et d’un point de vue général, la disposition des caractères sur sa ligne des chiffres cherche à respecter une certaine logique (regroupement des signes des opérations mathématiques courantes…).
Par ailleurs, pour les caractères secondaires, elle cherche dans la mesure du possible un placement mnémotechnique.

Ces buts paraissent compatibles avec ceux affichés pour la nouvelle disposition Azerty.
On pourrait donc imaginer des dispositions Azerty et Bépo mises au point conjointement, avec la ligne des chiffres identique (comme entre la disposition Qwerty et la disposition Dvorak ANSI) et dans une certaine mesure les mêmes associations entre les caractères secondaires et principaux (Œ en AltGr de O…).

Cela aurait pour principal avantage de faciliter le passage d’une disposition à l’autre, et accessoirement de simplifier l’écriture des pilotes et la fabrication des claviers, et de donner une certaine cohérence à la norme.

Proposition

À titre de preuve de concept, le fichier joint présente vous trouverez ci-dessous un exemple de dispositions Azerty et Bépo coordonnées (note : la disposition Bépo de l’exemple nécessiterait le remplacement de certains caractères obtenables par composition, comme İ, par les caractères composants de la disposition Bépo version 1.1 qui manquent ici).


Exemple de dispositions Azerty et Bépo coordonnées

Complément au commentaire sur le paragraphe B.1.1.1, section B.1

La ligne des chiffres est identique, ainsi que trois autres touches. Dans la mesure du possible, les caractères secondaires restent associés aux mêmes caractères principaux.

Errata : la disposition Bépo ci-dessus contient une coquille par rapport à l’originale, l’inversion de X et Y ; par ailleurs, j’avais l’intention de remplacer le symbole infini par la touche morte permettant entre autres de le produire. La figure aurait donc dû être celle ci-dessous (proposition pour l’Azerty remise avant pour faciliter la comparaison) :


À noter qu’il y a forcément un compromis entre la proximité des deux dispositions, l’ergonomie (importante surtout pour la disposition Bépo) et l’aspect mnémotechnique des placements. Néanmoins l’exemple présenté montre selon moi qu’on peut obtenir un résultat intéressant.

Hormis le fait de chercher la cohérence avec la disposition Azerty, les différences de la disposition Bépo proposée par rapport à l’originale sont dues notamment au choix d’avoir en direct la lettre ù et le tréma mort.

Page mise à jour le 01 octobre 2017 à 09h50